LE DESORDRE

LE DESORDRE

PRISONNIERES & PRISONNIERS POLITIQUES, LUTTES, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH, جورج ابراهيم عبدالله


[Amine Bentounsi] - Dans un tel contexte d’injustice la colère est légitime et saine.

Publié par LE DESORDRE sur 16 Janvier 2016, 09:20am

Catégories : #Luttes

[Amine Bentounsi] - Dans un tel contexte d’injustice la colère est légitime et saine.

Communiqué du F.U.I.Q.P.
Procès de l’assassin d’Amine Bentounsi
La police française assassine, la justice autor
ise

L’assassin d’Amine Bentounsi, le policier Damien Saboundjian a été acquitté hier par la Cour d’Assise de Seine-Saint-Denis. Elle a estimé qu’en tirant dans le dos d’Amine, le policier avait agi en état de légitime défense. Le F.U.I.Q.P. pense d’abord la famille de la victime et lui adresse ses pensées de solidarité agissante. Il exprime ensuite sa colère et son indignation devant cette injustice qui ne signifie rien d’autre qu’une autorisation donnée aux policiers de tuer et de tuer encore en ayant la garantie de l’impunité. Il s’adresse enfin aux habitants des quartiers populaires qu’une riposte commune et massive soit apportée à cette décision inique et scandaleuse porteuse d’autres drames dans le futur proche.

La succession du même scénario depuis plusieurs décennies dans nos quartiers populaires démontre le caractère systémique des crimes policiers et démasque toutes les prétentions à les présenter comme des « bavures » ou des concourt de circonstances malheureux. Un tel système n’arrête de fonctionner et de produire ses fruits sanglants que lorsqu’il est arrêté par un rapport de forces. Aucun programme de rencontre « jeunes-polices », aucune « formation-sensibilisation » des policiers, aucune « commission de déontologie », etc., ne peut venir à bout d’une machine à tuer. C’est ce rapport de forces que nous devons constituer en mettant de côté nos divergences secondaires tactiques ou stratégiques. Il en va du droit à la vie de nous-mêmes, de nos frères et sœurs, de nos amis, de nos enfants. « Par tous les moyens nécessaires » nous devons faire entendre notre colère, notre indignation et notre détermination à faire cesser cette injustice devant le droit à la vie.

La police comme la justice n’ont plus aucune légitimité dans nos quartiers populaires. Lorsque nous les croisons c’est la peur du contrôle, de l’abus et de la violence qui s’empare de nous. Telle est la réalité crue qu’aucun discours sur « l’État de droit », le « modèle français des droits de l’homme » ou « l’indépendance de la justice », etc., ne peut plus masquer. Nous en avons assez de trembler pour les nôtres. Nous sommes fatigués de pleurer les nôtres. Nous sommes las des appels à la patience. Nous sommes révoltés du débat sécuritaire actuel orienté vers encore plus de droits et de pouvoir aux policiers, vers l’armement des polices municipales, vers une restriction accrue de nos droits.

Malgré notre douleur, la solution ne peut pas être le repli sur soi, le sentiment d’impuissance, la révolte individuelle, la décompensation mentale, l’autodestruction, etc. Toutes ces réactions entretiennent le système de violences et de crimes policiers. Dans un tel contexte d’injustice la colère est légitime et saine. Elle doit s’organiser pour apporter une réponse à la hauteur de l’attaque que nous subissons.

Le F.U.I.Q.P. et tous ses collectifs locaux s’engage et se tient prêt à répondre à toutes les initiatives de réponses à cette deuxième mise à mort d’Amine que vient de faire la justice française. Ils prendront sans attendre des initiatives locales pour dénoncer ce nouveau scandale qui s’ajoute à de nombreux autres.

PAS DE JUSTICE PAS DE PAIX

Facebook FUIQP