LE DESORDRE

LE DESORDRE

PRISONNIERES & PRISONNIERS POLITIQUES, LUTTES, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH, جورج ابراهيم عبدالله


Quand Hillary Clinton demande à Laurent Fabius de bloquer la libération de Georges Abdallah !

Publié par LE DESORDRE sur 10 Janvier 2016, 11:57am

Catégories : #GA - Articles-tracts

Les Etats-Unis viennent de déclassifier un ensemble d’e-mails d’Hillary Clinton, (hrod17@clintonemail.com) alors Secrétaire d’Etat. Sur le site officiel du département d’Etat US on peut trouver la retranscription d’un « call » du 11 janvier 2013 de Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères à Hillary Clinton son équivalent aux US. Rappelons que la veille, le 10 janvier 2013, des juges français avaient décidé de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, libanais communiste emprisonné en France depuis plus de trente ans, sous réserve qu’il soit expulsé au Liban.

Quand Hillary Clinton demande à Laurent Fabius de bloquer la libération de Georges Abdallah !

Après des embrassades sur la collaboration entre l’impérialisme US et français et des échanges sur la situation militaire au Mali, la situation de Georges Abdallah est évoquée. Les US ne veulent pas de sa libération qui a été décidée par la justice française. Ils redoutent qu’il reprenne son combat révolutionnaire au Liban. Ils demandent donc à Laurent Fabius de trouver un moyen pour bloquer cette décision. A Fabius qui venait d’appeler pour demander le soutien des US dans l’intervention postcoloniale de la France au Mali.

Quand Hillary Clinton demande à Laurent Fabius de bloquer la libération de Georges Abdallah !

La consigne donnée par les Etats-Unis à l’Etat français a été prise en compte et Georges Abdallah n’a pas été libéré. Déjà en 1986, il y a trente ans, Reagan était intervenu auprès de Mitterrand pour que Georges Abdallah ne sorte pas de prison. Trente années d’écoulées entre les deux interventions. La continuité de leur répression est là. Nous n'avons qu’une seule alternative « La victoire ou la victoire ».

« La solidarité la plus appropriée que l’on peut apporter à un prisonnier politique, c’est de s’engager toujours plus sur le terrain de la lutte contre le système d’exploitation et de domination. » (Georges Abdallah)

 

http://ledesordre.over-blog.com/

16 janvier 2016

 

La retranscription : http://ahp.li/a2da32b795b680af22a0.pdf