LE DESORDRE

LE DESORDRE

PRISONNIERES & PRISONNIERS POLITIQUES, LUTTES, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH, جورج ابراهيم عبدالله


Yacov Barsimentov et Charles R. Ray : Pas de simples diplomates.

Publié par LE DESORDRE sur 15 Février 2016, 22:11pm

Catégories : #GA - Articles-tracts

Il y a trois décennies …

Le 18 janvier 1982, Charles R. Ray, attaché militaire adjoint à l’ambassade des Etats-Unis à Paris était exécuté lors d’une action revendiquée par la FARL (Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise). Le 3 avril 1982 Yvan Barsimentov, secrétaire adjoint à l’ambassade d’Israël à Paris, tombait sous les balles lors d’une autre action revendiquée par la FARL.

Arrêté en 1984, Georges Ibrahim Abdallah a été condamné en 1987 à la prison à perpétuité pour complicité dans ce qui a été présenté à l’époque par la presse comme étant l’assassinat de deux diplomates.

Trente-deux ans après son arrestation, Georges Abdallah est toujours emprisonné en France et les médias continuent à présenter Charles R. Ray et Yvan Barsimentov comme des diplomates. Pourtant aujourd’hui nul ne peut ignorer que ces deux personnages étaient des agents des services des renseignements en mission en France pour leurs Etats respectifs, à savoir les Etats-Unis et l’Etat sioniste israélien.

Lieutenant-Colonel Charles Robert Ray, vétéran de la guerre du Vietnam et agent de la DIA

Charles R. Ray est entré dans l’armée américaine le 20 octobre 1960. Il a servi deux fois au Vietnam. Il appartenait à la DIA, (Defense Intelligence Agency), l’équivalent de la CIA pour le ministère de la défense US. Comme elle l’indique dans une de ses brochures, la DIA déploie son personnel à l'échelle mondiale aux côtés des soldats en opérations (warfighters) pour défendre les intérêts de la sécurité nationale de l'Amérique. Lorsqu’il était à Saigon, Charles R. Ray a probablement participé comme agent de renseignement à l’opération Arc Light, nom donné aux missions de bombardements massifs des B-52 menées en Asie du Sud-Est durant la guerre du Vietnam. Sur le site officiel du DIA il est indiqué que leurs agents lors de cette opération Arc Light fournissaient au commandement US, la liste des « cibles » à bombarder. Lors de ces missions, les bombardiers B-52 Stratofortress déversaient, 24 heures sur 24, 23 tonnes de bombes à chaque bombardement sur les positions vietnamiennes. Au Vietnam et au Laos, pour la première fois dans un conflit, le napalm et l'«agent orange», des armes destructrices avec des effets ravageurs à très long terme, ont été utilisées à très grande échelle, et ce par l'US Air Force. A l’issue de ses deux missions au Vietnam, Charles R. Ray a été décoré de la « Bronze Star » et de la médaille « Army Commendation Medal ».

Par la suite, en 1980, Charles R. Ray a été affecté à l’ambassade des Etats-Unis de Paris en tant qu’attaché militaire adjoint, toujours dans le cadre de sa mission au sien de la DIA, service de renseignements.

Aujourd’hui le gouvernement américain reconnait officiellement que Charles Ray est mort en service.

http://www.dia.mil/news/articles/tabid/3092/article/567044/we-remember-colonel-charles-r-ray-murdered-in-paris.aspx

Yacov Barsimentov et Charles R. Ray : Pas de simples diplomates.

Il a même sa plaque dans le mausolée des agents de la DIA morts au cours de leur mission.

Yacov Barsimentov et Charles R. Ray : Pas de simples diplomates.

Yvan Barsimentov – Agent du Mossad

Les informations concernants Yvan Barsimentov (peut également s’écrire Yaacov Bar-Simantov ou Yacov Bar Siman-Tov) ne sont pas publiques.  Mais en cherchant bien on peut trouver au détour d’articles de la presse israélienne datés de 1985 parlant de l’inauguration d’un mémorial pour les membres des services secrets israéliens (Israel Intelligence Heritage and Commemoration Center), la confirmation que Barsimentov était un agent du Mossad en service lorsqu’il a été tué.

http://www.nytimes.com/1985/08/25/world/israel-center-honors-spies-whose-names-were-as-secret-as-their-missions.html?pagewanted=all

Yacov Barsimentov et Charles R. Ray : Pas de simples diplomates.

Et il s’agit d’articles contrôlés par la censure militaire israélienne.

https://news.google.com/newspapers?nid=110&dat=19850914&id=PxRQAAAAIBAJ&sjid=21UDAAAAIBAJ&pg=6822,1118020&hl=fr

Yacov Barsimentov et Charles R. Ray : Pas de simples diplomates.

La guerre civile du Liban commencée en 1975 a fait des milliers de morts. La guerre d’invasion de ce pays menée par l’armée sioniste en 1982 a fait plus de vingt-cinq mille morts en trois mois et quarante-cinq mille blessés. Les camps martyrs de Sabra et Chatila ont été le théâtre de massacres de centaines d’adultes désarmés et d’enfants par les forces fascisantes libanaises avec la complicité des soldats israéliens.

Le 7 avril 1982, la FARL revendiquait l’exécution d’Yvan Barsimentov en ces termes :

« Depuis sept ans le peuple Libanais subit la guerre. Depuis sept ans l’impérialisme, sous le couvert de la lutte contre les « fanatiques Palestiniens », détruit tout ce qui est progressiste au Liban.

C’est notre droit de nous défendre.

C’est notre droit aussi d’attaquer l’impérialisme partout où il sévit et en particulier là où il bénéficie du soutien politique du gouvernement en place. » 

 

Yvan Barsimentov et Charles R. Ray sont morts en France au cours de cette guerre du Liban alors qu’ils étaient en mission pour leurs Etats respectifs. Ils sont morts en qualité d’agent des renseignements, pas en tant que simples diplomates. Et ils ont leurs noms aux mausolées de leurs Maîtres.

 

Publié sur ledesordre le 15 février 2016