LE DESORDRE

LE DESORDRE

PRISONNIERES & PRISONNIERS POLITIQUES, LUTTES, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH, جورج ابراهيم عبدالله


L’aveu et le mensonge d’Urvoas

Publié par LE DESORDRE sur 1 Avril 2016, 09:53am

Catégories : #GA - Articles-tracts

Au cours d’une émission sur France Inter (à voir ici), le jeudi 31 mars 2016, Jean-Jacques Urvoas ministre de la justice a déclaré : « … aujourd’hui on peut être en prison, en France, sans avoir de perspectives de sortie, y compris pour le terrorisme. Georges Ibrahim Abdallah, qui est un terroriste, a été condamné en 1987 à la perpétuité. Il a demandé à 9 reprises une libération conditionnée. Il est toujours en prison parce que les juges, en qui il faut avoir bien sûr du respect mais aussi de la confiance, ont refusé. »

Bel aveu de la part d’un ministre d’un gouvernement socialiste, la perpétuité réelle est déjà en place en France. Et quel mensonge que de dire que les juges ont refusé la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

Le sieur Urvoas oublie-t-il que Georges Abdallah a été le premier condamné à perpétuité en France à être jugé non pas par des jurés populaires mais par un jury composé de juges professionnels, désignés par l’Etat.

Ce sinistre de l’injustice ne sait-il pas qu’un des avocats de Georges Abdallah au cours du procès de 1986 a déclaré par la suite avoir été aux ordres des services secrets français ?

Faut-il lui rappeler qu’un juge en novembre 2003 avait décidé de la libération de Georges Abdallah et que c’est sur intervention directe du ministre de la justice de l’époque, Dominique Perben, que cette libération ne s’est pas faite ?

Peut-il ne pas savoir que Georges Kiejman avocat des Etats-Unis lors du procès de 1987 qui a obtenu la condamnation à perpétuité de Georges Abdallah a été par la suite nommé Ministre de la justice d’un gouvernement socialiste ?

Lui a-t-on dit que fin 2012 début 2013, des juges ont décidé de la libération de Georges Abdallah ? L’a-t-on informé qu’Hilary Clinton a demandé à Laurent Fabius de bloquer cette libération ? Peut-il ignorer que cette libération n’a pas été possible parce que le ministre de l’intérieur de l’époque, un certain Manuel Valls, n’a pas signé un simple avis d’expulsion ?

Mais tout ceci n’est que cérémonial judiciaire. C’est bien en toute indépendance que la justice obéit aux ordres des politiques.

A l’aube de sa 26ième année d’incarcération Georges Ibrahim Abdallah écrivait

« …, la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté ainsi que la Cour d’appel du tribunal de l’application des peines de Paris, ayant examiné mon dossier, ont confirmé le rejet d’une énième demande de libération conditionnelle, retenant que « … la force intacte de ses convictions anti-impérialistes, pouvait, si le contexte politique s’y prêtait, le pousser à se comporter en activiste résolu et implacable ». Ainsi donc, camarades, les convictions anticapitalistes, les convictions anti-impérialistes constituent des charges suffisantes, des preuves irréfutables justifiant le maintien des révolutionnaires en prison à vie. Ce n’est pas simplement de l’acharnement vengeur de l’État, ce sont plutôt les arguments reflétant la logique générale d’une justice au service de l’ordre impérialiste en crise. Au nom de l’éternel chantage, repentir contre libération, la justice bourgeoise s’affirme en dernière instance, sans détour ni fioriture, comme simple rouage de domination. Au service du capital, face aux prolétaires antagonistes et à tous les protagonistes de la gauche révolutionnaire anti-impérialiste refusant de renier leurs idées et leur engagement, les décisions judiciaires s’avèrent pour ce qu’elles sont, de simples mesures administratives de répression et d’anéantissement. »

Georges Abdallah est un prisonnier politique. Il est emprisonné dans les geôles françaises depuis plus de trente et un an pour avoir résisté contre l’occupation de son pays, le Liban. Le combat pour sa libération est un combat politique.

Plus que jamais, il est de nos luttes, nous sommes de son combat, liberté pour Abdallah !

Ledesordre
Bagnolet 1er avril 2016

Plus d’infos

http://ledesordre.over-blog.com/article-a-l-aube-de-cette-26e-annee-d-incarceration-declaration-de-georges-ibrahim-abdallah-39068243.html

http://ledesordre.over-blog.com/2014/07/georges-ibrahim-abdallah-la-confrontation-politique-au-grand-jour.html

 

 

Verbatim complet de l'interview Ici : http://www.lextimes.fr/5.aspx?sr=2039, avec également la déclaration "nous durcissons, nous interdisons les aménagements de peine."

 

L’aveu et le mensonge d’Urvoas