LE DESORDRE

LE DESORDRE

PRISONNIERES & PRISONNIERS POLITIQUES, LUTTES, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH, جورج ابراهيم عبدالله


Manifestation du 19 juin 2016 pour Georges Abdallah - Prise de parole Bagnolet

Publié par LE DESORDRE sur 19 Juin 2016, 19:13pm

Catégories : #GA - Mobilisation

Soyons bref !

Un 19 juin, le 19 juin 1999, des prisonnières et prisonniers révolutionnaires, communistes, anarchistes, antifascistes et anti-impérialistes, dont Georges Ibrahim Abdallah, signaient une plate-forme dans laquelle il était écrit « Jamais l’injustice, la misère et l’oppression n’ont régné à ce point en maîtres de l’humanité. Les lois de l’économie de marché plongent chaque jour plus profondément les peuples du monde dans la misère. La négation des droits nationaux de nombreux peuples, le racisme, le sexisme et la dévastation de l’écosystème participent de cet écrasement général de l’humanité au profit d’une poignée de nanti(e)s. On a raison de se révolter ! »

Joëlle Aubron, militante d’Action Directe était également signataire de cette plateforme. Joëlle Aubron qui sortait de prison il y a 12 ans, le 16 juin 2004. Et il est bon de se rappeler dans cette période de lutte, les moments de joie.

C’est aussi un 19 juin, le 19 juin 2012 qu’a eu lieu la cérémonie à la mairie de Grenay, ville du Nord, pour honorer Georges en tant que citoyen d’honneur. Trois villes françaises ont nommé Georges Abdallah Citoyen d’Honneur, Calonne-Ricouart, Grenay et Bagnolet. Des villes populaires qui savent ce qu’est la répression.

Aujourd’hui à St Denis est menée une campagne pour que Georges soit citoyen d’honneur de la ville. Et chaque dimanche sur le marché c’est plus d’une centaine de personne qui viennent signer une pétition en faveur de Georges.

Nos quartiers sont porteurs d’espérance. Le combat pour la libération de Georges Abdallah doit être un combat issu de nos milieux populaires, là où la lutte des classes n’est pas un concept mais un vécu au quotidien.

Pour les militantes et militants de Bagnolet, le combat pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah est un combat populaire et c’est un combat internationaliste. Ce n’est pas un combat humanitaire et ce n’est pas un combat sur le terrain juridique.

A la répression exercée par le pouvoir, face à la police et à la gendarmerie qui tuent impunément depuis des décennies dans nos quartiers, face à ces troupes armées de l’Etat qui mutilent et éborgnent celles et ceux qui expriment leur envie d’aller à l’assaut du ciel, face à cette violence et ce racisme d’Etat un cri s’élève « Flics, porcs, assassins ».

Ce même cri, « Juges, porcs, assassins » doit s’élever face à ceux qui inculpent à tour de bras et condamnent lourdement celles et ceux qui se révoltent.

Georges Abdallah subit la prison à vie. Depuis plus de 31 ans il est debout face à ses geôliers.

C’est une figure actuelle de la gauche révolutionnaire arabe.

Nous nous battons pour sa libération. Et le combat ne s’arrêtera pas quand Georges ne sera plus en prison. Il continuera jusqu’à la libération de tous les prisonniers et prisonnières palestiniens. Il continuera jusqu’à la disparition de l’entité sioniste et la libération de toute la Palestine. Et il continuera jusqu’à la fin ici en France de l’Etat colonialiste, capitaliste, islamophobe et raciste.

Palestine vaincra, liberté pour Abdallah !

Camarades du soutien de Bagnolet - Paris le 19 juin 2016

Manifestation du 19 juin 2016 pour Georges Abdallah - Prise de parole Bagnolet