LE DESORDRE

LE DESORDRE

PRISONNIERES & PRISONNIERS POLITIQUES, LUTTES, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH, جورج ابراهيم عبدالله


Georges Abdallah : L’Etat français et la guerre de Classe !

Publié par LE DESORDRE sur 17 Juin 2017, 07:25am

Catégories : #GA - Mobilisation, #GA - Articles-tracts

Ce samedi 17 juin 2017 a lieu à Paris une manifestation pour Georges Abdallah qui partira de la place qui honore le colonel Fabien, une figure de la résistance.

Le 21 août 1941 à Paris, au métro Barbès‑Rochechouart, deux coups de feu sont tirés. Pierre Georges – militant communiste dit le colonel Fabien - vient d’abattre un militaire allemand. C’est dans la France occupée par les nazis le premier acte de résistance armée.

Quarante après, le 3 avril 1982, à Boulogne-Billancourt, cinq coups de feu sont tirés sur un agent des services secrets israéliens. Des combattantes et combattants communistes libanais de la FARL – Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise- ont décidé de porter la résistance en dehors des frontières de leur pays occupé par les forces sionistes. Quelques jours après, la FARL revendiquait l’action en ces termes : « C’est notre droit de nous défendre. C’est notre droit aussi d’attaquer l’impérialisme partout où il sévit ... »

Georges Ibrahim Abdallah, communiste libanais et combattant de la résistance palestinienne, est depuis 1984 en prison en France pour avoir été de la résistance contre l’occupation de son pays.

En 33 ans de captivité Georges Abdallah a vu les lois être interprétées ou modifiées pour s’assurer de son emprisonnement, lui qui est libérable depuis 18 ans. Il a été ainsi en France le premier prisonnier politique à être jugé et condamné à perpétuité par une cour spéciale. En 2013 sa libération a été annulée par le ministre de l’intérieur qui a refusé de délivrer un avis d’expulsion et qui a ainsi bloqué une décision de justice. Dernièrement l’ancien ministre de la justice Urvoas a pu affirmer que la perpétuité réelle existait en France et qu’elle s’appliquait à Georges Abdallah. Pourtant cette notion de perpétuité réelle n’est pas dans le droit français.

Nous sommes toutes et tous confrontés à cette abolition définitive de la notion d’Etat de droit pour celles et ceux qui s’opposent à l’Etat, aux grands patrons, aux intérêts capitalistes, à l’impérialisme et au colonialisme. L’état d’urgence sera prochainement intégré dans le droit commun afin de renforcer le pouvoir arbitraire des autorités répressives. Des centaines de personnes ont été perquisitionnées ou assignées à résidence au seul motif de leur appartenance supposée à une mouvance islamiste ou de leur origine, ainsi que des dizaines de militantes et militants pour présomption d’appartenance à une « mouvance contestataire radicale ».

Les quartiers populaires connaissent depuis des dizaines d’années ces zones de non droit où la police et la gendarmerie violentent, violent et tuent impunément. Et quand ces quartiers s’organisent, quand les familles affrontent les juges pour demander “Justice et Vérité”, la loi est modifiée pour mieux protéger les flics assassins.
Et les familles subissent la répression. Rappelons-nous les frères Kamara lourdement condamnés sur d’invérifiables dénonciations anonymes. Et la famille Traoré qui depuis que leur frère Adama ait été tué dans une gendarmerie, subit la répression, l’incarcération de leur frère Bagui et de multiples intimidations.

L’offensive de la contre-révolution préventive de la bourgeoisie, garante des intérêts des financiers, banquiers et autres marchands d’armes, est là face à nous. Le premier acte du nouveau président de la république a été de remonter les Champs-Elysées sur un char. Il a ensuite rendu visite aux forces françaises au Mali.

La France a aujourd’hui 17 500 militaires engagés dans des opérations extérieures à travers le monde, force impérialiste d’intervention pour protéger et développer les intérêts des Bolloré, Bouygues, Lagardère, Dassault, Lafarge, Total, Areva. Il y a aussi 13 000 militaires déployés en France même, dans le cadre de l’opération « Sentinelle », véritable force d’occupation intérieure de la contre-révolution, en ordre de marche pour la guerre de classe.

En 1941 le colonel Fabien agissait en résistant contre le nazisme.
En 1982 les FARL et Georges Abdallah agissaient en résistants contre le sionisme et l’impérialisme.
Et depuis des décennies les palestiniennes et les palestiniens résistent à l’occupation de leur pays.

La résistante Lucie Aubrac le proclamait « Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent ».

Liberté pour Abdallah !

 

Les camarades du soutien de Bagnolet – 17 juin 2017

http://ledesordre.over-blog.com/

Georges Abdallah : L’Etat français et la guerre de Classe !